Séminaire théorique


La jouissance, son réel, sa logique

Argument de la session 2021-2022 de la Section clinique de Strasbourg.

Jouissance est un mot chargé de nombreuses significations et connotations. Il ne fait pas partie du vocabulaire médical ou psychologique. Ce n'est pas un terme scientifique. Il est pourtant devenu nécessaire pour saisir ce qui se manifeste comme trouble mental. C'est du moins ce qui s'impose si l'on suit l'enseignement de Lacan, qui a fait de ce terme l'un des pivots de son enseignement. Et cela répond à la nécessité d'intégrer dans la conceptualisation de la clinique du mental une dimension supplémentaire au-delà de la dichotomie entre objectivité et subjectivité.

La jouissance au sens commun de possession, de profit ou de volupté, n'est pas réductible à des signes objectifs. Elle n'est que partiellement évoquée dans la narration subjective. Elle dépasse la maîtrise du corps qu'elle emporte à l'occasion dans les émois qu'elle y suscite. Elle échappe à la rationalité comme en témoignent toutes les expériences qui nous rendent captif d'un objet qui nous retient malgré nous, malgré tout.

Apparente et insaisissable, largement déployée dans l'imaginaire, la jouissance n'est pas pour autant une illusion. Elle est bien réelle, ne serait-ce que par son insistance, ou par l'obstacle qu'elle constitue face au raisonnement comme aux meilleures volontés. Elle a sa logique aussi, qui n'a rien de diabolique, mais qui nécessite de nous départir d'un certain savoir et de repérer, comme l'a fait Freud, en quoi elle échappe fondamentalement à notre savoir.

Dans son Séminaire XVI D'un Autre à l'autre, qui sera le fil conducteur de cette session, Lacan nous apprend à mettre en question la jouissance non seulement à partir de notre rapport au savoir, mais aussi à partir de la liberté de pensée, des énigmes du désir, de la représentation du corps, ou de la notion de pouvoir. Sur le fond de cette mise en évidence du réel de la jouissance et de son incidence dans notre expérience quotidienne, on verra s'ébaucher les fondements de la logique qui permet de l'appréhender.

Il en résultera un éclairage clinique nouveau dont nous n'avons pas fini de mesurer la portée. L'intégration de la notion de jouissance est essentielle pour mieux comprendre les ressorts de troubles dont la logique reste sans cela opaque. Qu'il s'agisse des phobies, des perversions, des addictions, ou encore de l'inexorable persistance d'un symptôme névrotique, nous verrons, avec Lacan, l'intérêt de penser leur traitement sans ignorer leurs rapports avec la jouissance.

Un séminaire théorique, de ateliers cliniques, des présentations cliniques et des conférences de psychanalystes invités, ainsi que des dispositifs de travail permettant l'implication des participants seront nos outils pour mener à bien cette formation clinique.